MON GRIMOIRE Index du Forum
MON GRIMOIRE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
la magie égyptienne
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    MON GRIMOIRE Index du Forum -> Sciences Occulte -> -> L'Egyptienne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:14 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

L'étude suivante rappelle la sagesse des anciens, préambule à toute étude de la magie égyptienne et y mêle quelques conceptions plus modernes.

Une pratique quotidienne
Contrairement à nos jours, les anciens Egyptiens mêlaient en permanence la magie à leur vie quotidienne. Celui qui souhaite pratiquer la magie égyptienne doit prendre conscience des puissances et apprendre la manipulation des énergies. Ces forces magiques nous paraissent hostiles, indomptables, parce que notre degré de connaissance est insuffisant. Le premier principe magique est l'offrande aux dieux, par cet acte la création se poursuit. Thot, seigneur d'Hermopolis, est le maître de la magie et des hiéroglyphes.
La magie, un art
Aux temps des anciens égyptiens, la magie fut considérée comme une science exacte et associée étroitement à la médecine, pour guérir ou prévénir les maladies. Sous l'ancienne Egypte, la notion de magie noire, blanche ou toutes autres nuances n'a pas court et apparaît plutôt comme le symptome d'une pratique de la magie décadente. Il n'existe en réalité qu'une magie, le reste n'est qu'illusionnisme. Il existe une forme de magie négative, dont la pratique est illégale. Car celle-ci n'est pas conforme à la loi de Maât et nuit à l'équilibre, l'harmonie de la création.
Introduction pour Pratiquer la Magie
(à lire obligatoirement)
Quelques principes de bases :
Ici vous trouverez des indices pour aller plus loin dans la magie, mais vous ne trouverez aucune formule sauf des formules de l'époque, vous devrez vous armez de patience et de courage pour la transcription (bonne chance). Pour pratiquer l'art de la magie, il faut obligatoirement connaître les manipulations d'énergies. Grâce à cette connaissance, la manipulation d'énergies variées devient possible, par exemple :
- Le neter personnel
- Les énergies de la nature : les arbres, les plantes, les minéraux...
et enfin une pratique assez répandue dans les temples en ancienne Egypte, l'énergie divine, mais là, c'est de la haute magie.

Pour la manipulation divine, il faut connaître sur le bout des doigts le neter d'un dieu.
Si vous trouvez une formule écrite par un super mage ancien (humour), vous aurez beau la psalmodier à l'infini vous obtiendrez au mieux un mal de tête et un résultat nul. Tout cela pour vous dire qu'il vous faut impérativement étudier et maîtriser les techniques de bases, sans quoi rien n'est possible.
Les textes des pyramides, regroupent pas mal de formules magiques. Il est de grand conseil pour la pratique de les lires à haute voix, car la parole leur donne toute leur efficacité, ne pas omettre le ton, le rythme, à la psalmodie.  La parole est une chose, il faut aussi avoir les gestes. Toutes ces techniques réunies et correctement éxcecutées, donne le résultat de l'acte magique.
Exemples de rites anciens 
Les rites oraux sont suivi des rîtes manuels, la formule doit être récitée sur la figurine en cire ou en argile l'utilisation du papyrus et de l'encre neufs pour scellés un nom est une pratique courante. Les outils sont souvent non usagés, c'est à dire neufs ou pures. La pureté rituelle est une notion importante.
- Le rite d'agiter les papyrus
Les prêtresses d'Hathor avaient un rite musicale d'une grande beauté, l'agitation de papyrus sacrés pour transformer les mauvaises énergies et rejouir la déesse Hathor. En retour, la déesse mettait la terre en joie.
- Les papyrus protecteurs
Une pratique courante aussi pour se mettre à l'abri de catastrophes consiste en ce que la personne porte un papyrus dont le texte le défend de multiples pièges.
Les amulettes constituent une pratique courante dans l'ancienne Egypte. On en trouve en pâte de verre ou en pierres dures (celles en argent ou en or sont rares) que les égyptiens portaient généralement autour du cou. Chaque amulette détenait une ou plusieurs formules, qui lui conféraient des pouvoirs magiques. Même mort physiquement, le corps du défunt porte des amulettes selon un rituel spécifique. Chacune avec une fonction bien précise pour assurer la protection de la momie. On retrouve ces formules dans divers documents, principalement le Livre des Morts.
L'amulette nefer permet d'acquérir la perfection, la beauté.
Loin d'être de simples objets de culte, les amulettes faisaient partie du quotidien des égyptiens et les accompagnaient toute leur vie, de la naissance jusque dans la mort.
- Magie de Santé
Aujourd'hui, on oppose la magie et médecine. L'Egypte ancienne préférait unir les deux techniques pour avoir une vision plus vaste  du problème.
- Magie de l'Amour
La vrai magie d'amour chez les égyptiens demande à ce que le magicien s'identifie à Osiris, car Isis est amoureuse de lui elle à su le ressusciter. La magie "d'amour" fait partie de l'initiation aux grands mystères, le magicien doit transmuté de l'amour  humain en énergie divine. Dans d'autres pratiques pour provoquer l'amour il doit saluer les sept Hathors.
- Le mauvais Oeil
Pour combattre le mauvais oeil, le praticien s'en remet aux dieux.
(par exemple la déesse Sekhmet). Pour le vaincre, on peu aussi faire des rituels, les outils comme les amulettes ou l'oeil de ouadjat qui symbolise la plénitude, sont quelques-un des outils pour faire disparaître le mauvais oeil.
Formule d'exemple pour repousser le mauvais oeil:
(inscription sur chapelle à Dendéra, source Cauville 1989 page 51-56)
Paroles à dire :
"Je suis Isis la grande, mère du dieu, aimée de chaque dieu.
Mon oeil droit est fardé de collyre vert, mon oeil gauche est fardé de collyre noir. Ouadj est posé sur ma tête. Je viens du ciel, je sors de l'horizon pour repousser le mauvais oeil de ce temple, le ( ) est ( ) la nuit, le jour et à chaque moment de la journée. L'ibis vivant est triomphant de tous les ennemis." (à réciter quatre fois).
Un autre exemple de conjuration pour repousser le mauvais oeil:
(Papyrus du Nouvel Empire traduction et source de  Yvan Koenig p196)
"Ma bouche est pure, ma parole est utile ; tout ce que j'ai fait est excellent, je suis pur quant à mon propre corps en ce jour, à cause du faucon . Je suis venu pour sauver un tel, né d'une telle, de toute fureur, de la colère de tout dieu, de toute déesse, de tout esprit mâle ou femelle, de toute chose mauvaise et maléfique. Sa bouche est ouverte au moyen du ciseau de métal céleste avec le quel a été ouverte la bouche des dieux, ses oreilles des dieux ont été ouvertes. Son oeil malachite. J'ai vivifié tous ses membres et toutes ses chairs qui sont dans le coffre d'Anubis ; tous les membres étant complets toutes ses chairs sont saines et je suis venu à lui, je suis Thot, je dissipe toute chose mauvaise et méchante qui vient pour s'abattre sur un tel, né d'une telle."
Si vous voulez donner votre avis, ou si vous comprenez mal les symbolisme des textes
ci -dessus je le comprendrais, car beaucoup de verbe ou symbolisme parlent d'eux-même pour qui connait le language symbolique des anciens égyptiens. Les termes importants chargés de sens ont été mis en gras, pour vous aider à la compréhension des textes
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:14 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:16 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Khémitisme,
Tradition païenne égyptienne, la religion des anciens égyptiens

Etymologie du mot khémitisme, origine
Le khémitisme religieux (écrit aussi kémitisme) est la résurgence de la religion de l'ancienne Egypte, une tradition païenne ancienne du continent africain. Etymologiquement, le terme est formé sur la racine khemet, KMT, qui en ancien égyptien désignait l'Egypte, littéralement "Terre Noire". Historiquement, le mot français khémitisme est apparu en s'inspirant du terme anglais "kemeticism", utilisé dans les milieux paiens anglophones. Voir par exemple les sites anglophones suivants (liste non exhaustive) :
- [url:07fbe274b6=http://www.inkemetic.org/]http://www.inkemetic.org/[/url:07fbe274b6] (international network of kemetics)
- L'article de Denise Thomas " Kemeticism" paru dans le magazine The Cup Of Wonder
- The Cauldron site paien anglophone http://www.ecauldron.com/reconegypt.php
... etc
Il est lui aussi construit sur la racine kemet ou khemet (orthographe variable). C'est un mot de création récente, que vous ne trouverez probablement pas dans les dictionnaires. Selon toute vraisemblance, le mot est apparu dans les milieux païens anglophones dans les dernières décennies du XX éme siècle et son homologue francophone au tout début du XXIéme siècle.
Le khémitisme, religion des anciens égyptiens, est une voie spirituelle apolitique.
Une Tradition aux multiples facettes
La religion des anciens égyptiens ne propose pas LA VÉRITÉ, mais une vérité symbolique qui s'exprime au travers de différentes cosmogonies (théorie de la création de l'Univers). Cela peut paraître parfois déconcertant pour les hommes d'aujourd'hui. De nombreux centres religieux ont élaboré leurs propres mythes de la création, qui ont tous pour point commun de mettre en scène un dieu créateur issu de l'océan primordial, un être qualifié de démiurge * (cosmogonie héliopolitaine, menphite, thébaine ...etc). Cette tradition possède de multiples dieux, souvent à visages ou apparences animalières. Ces divinités sont multiples et une à la fois, car elles sont toutes issues d'un même principe ou puissance créatrice primordiale.
Homme et environnement indissociables
Comme beaucoup de traditions païennes, la religion des anciens égyptiens accorde une place importante à la protection et la glorification de la nature. La nature et l'homme sont des créations du démiurge indissociables. Tout animal, tout végétal, tout minéral est une ouvre du créateur et contient par conséquent une parcelle de la puissance divine. Sans la nature, telle que crée par le démiurge et harmonisée selon les lois de Maât, l'homme ne pourrait subvenir à ses besoins, vivre ou tout simplement exister. C'est pourquoi les païens khémites glorifient les dons que leur offrent leur environnement, comme par exemple le Nil et ses crues fertiles, le soleil qui fait croître les récoltes, la lune, etc.
Maât, l'harmonie et l'ordre universel
Aussitôt que l'univers fut créé, s'appuyant sur une certaine harmonie et un ordre pour exister, la déesse Maât vint à l'existence. Elle est la personnification de cet ordre et l'incarnation de la vérité. Elle fait figure de concept central dans la tradition païenne khémite. Tout est censé fonctionner à travers elle, les dieux comme la nature et les hommes. Tout le monde se doit d'agir en respectant sa loi et l'ordre qu'elle incarne, faute de quoi le chaos submerge le monde.
(voir synthèse sur La Maât)
L'éternité
La notion d'éternité est au cour de cette tradition. C'est la base de toute la vie d'un homme. La mort n'est qu'un passage d'un monde à un autre, que les rites funéraires préparent et facilitent. La tradition païenne khémite célèbre donc bien la vie pour l'éternité, qu'elle soit dans ce monde ou dans celui de l'au-delà.
Une tradition rituelle
La tradition khémite est rituelle (c'est à dire réglée par des rites), dans laquelle le culte ancien était célébré par des prêtres, qui avaient aussi un statut de fonctionnaires d'Etat. Car le premier des prêtres a intercédé entre les hommes et dieu, le ciel et la terre ou représenter le neter sur terre est pharaon, qui cumule un pouvoir temporel (gouverner un état) et spirituel (chef spiritiuel , représentant du neter sur terre). Les deux pouvoirs d'ailleurs sont assez lié et confondu pour les égyptiens, pratiquer et préserver la Maât est tout autant un concept spirituel qu'une règle de l'état. Le peuple participe aux rites funéraires et aux processions. Il peut se réunir sur les esplanades, les lieux d'offrandes et les hôpitaux des temples pour prendre part aux cultes. Mais il n'a pas libre accès aux temples, comme par exemple les chrétiens dans une église ou les musulmans à la mosquée. Chacun peut également chez soi s'organiser un petit autel pour le culte privé, notamment pour des divinités domestiques comme Bès ou Thouéris.

exemple d'un autel domestique simple
(effigie d'un neter, encens, bols pour libation d'eau et offrandes de nourriture, nappe blanche, ankh)  
Il n'existe pas de dogmes ou de livre sacré comparable à la Bible, parce que la tradition khémite n'est pas du type révélé. Cependant les temples conservent des traces écrites sur des papyrus ou gravées sur leurs murs, des rites, des enseignements et des croyances des anciens égyptiens. Il en est de même dans les tombeaux où des recueils de textes funéraires, comme le Livre des Morts, nous apportent aujourd'hui le témoignage et les enseignements de cette tradition païenne.
 
Les livres de la tradition Khemite
Liste non exhaustive
Textes funéraires - Etape dans l'autre monde
  • Livre des Morts : Chapitres de la sortie à la lumière
  • Livre de la Douat
  • Livre des cavernes,
  • Livre de la vache sacrée
  • Livre des portes
  • Le livre des deux chemins
  • Le livre des respirations
  • Les textes des Sarcophages Egyptiens
Mythes, Rites, pratiques magiques, Sagesse
  • Les textes des pyramides
  • Chanson du Harpiste "papyrus Harris 500 du British Museum"
  • Conte des deux frères "Papyrus n°10183 du British Museum"
  • Papyrus 1993 musée de Turin : Mythe sur la magie d'Isis
  • Les papyrus de Leyde
  • Papyrus Westcar "légende des grands magiciens"
  • Les Maximes de Ptah-Hotep
Vocabulaire :
* démiurge = (du grec dêmiourgos )créateur de l'univers, du monde ou personne qui manifeste une puissance créatrice.
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:16 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

La Maât pour l'éternité

La Maât personnifie les lois fondamentales de toute l'existence ; le concept de la justice, de la vérité, de l'ordre et de l'équilibre, sans lequel la vie est impossible. Les pharaons

nt souvent tenu la Maât dans la main, pour l'offrir aux dieux, qui ont indiqué le pharaon comme représentant de l'ordre divin.

Maât personnifie tous les éléments d'harmonie cosmique. Cela inclus l'intégrité de vérité, de justice et de morale, comme l'ordre et la structure établis. Sans Maât la structure entière de la création s'émietterait et serait avalée jusqu'aux puissances du chaos.
Maat est figurée en belle jeune femme, qui porte une plume d'autruche sur la tête. Elle tient fréquement la croix de vie. En tant que fille de Rê, on parle d'elle comme la soeur mystique des pharaons. La perfection des pharaons charge en régissant, doit confirmer Maât, et fréquemment les mots "J'ai pratiqué la Maât ou J'ai accompli " sont trouvés, énnoncés par différents rois.  
Leurs règnes confirment les lois de l'univers qu'elle incarne. Il y a beaucoup d'exemples de rois s'appelant "aimés de Maat". Ils sont dépeints dans les temples offrant une petite figure de la déesse, dans les paumes de leurs mains avant les nétèrou principaux. Beaucoup de représentations de Maat sont présentes sur les papyrus funéraires du nouveau royaume, en tant que déesse essentielle au paradis. Pour le jugement le coeur des défunts, celui-ci est pesé en l'équilibre avec une image de la déesse ou de sa plume. Ici Maat symbolise le véridique ; affirmations d'une vie irréprochable.

Maat est également considérée comme la justice administrée par les vizirs dans les palais de justice. Le vizir compte parmi ses titres celui de "prêtre de Maât" et son chef de cabinet est le "scribe de Maât". L'antonyme de MAÂT est ISEFET qui désigne le mensonge, la misère, la défaite, le désordre, la disharmonie...

Citation de Ptahhotep :
Tiens-toi à Maât, mais ne l'exagère pas

Enseignement de Merikarê
Dis la Maât , pratique la Maât car elle est grande, elle est efficace, elle dure et sa puissance est pourvée. Elle conduit à l'état d'imakhou  
Bibliographie :
- Maât L'Egypte Pharaonique et l'idée de justice sociale de Jan Assmann
- Le Mystère de Maat, Déesse de La Justice de L'Ancienne Egypte de Anna Mancini Synthèse rédigée par Aset-Isis
Dessin de Maât © Sat-Hathor
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:17 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Le culte des ancêtres
Comme beaucoup de traditions païennes anciennes, quelles soient européennes, africaines, amérindiennes ou asiatiques, la tradition khémite voue un culte et un respect particulier aux ancêtres, les Akhu (esprits lumineux justifiés dans l'au-delà).
Les défunts résident en effet plus près des neterou (divinités) que nous-mêmes, selon les croyances khémites. On dit parfois qu'ils sont parmi les étoiles. Honorer les proches disparus et aimés, c'est aussi continuer à les faire vivre éternellement. Les khémites vénèrent et font des offrandes à leurs chers disparus. Ceux-ci en retour leur accordent leur protection et leur aide si besoin. Ils veillent autant sur leurs proches que leurs proches veillent sur leur repos éternel. Nous ayant précédés sur terre, ils sont aussi des guides.
Les vivants ont en effet des devoirs envers leurs ancêtres défunts :
- s'occuper de leurs tombeaux et chapelles funéraires
- leur apporter des offrandes

Les familles négligentes à cet égard se voyaient d'ailleurs parfois troubler par les fantômes de leurs ascendants venus leur rappeler leurs devoirs. En contrepartie les défunts peuvent aussi intercéder en faveurs de leurs parents vivants et les aider face à des petits ou grands problèmes. Les "lettres aux morts" sont des séries de documents datés de l'Ancien et du Moyen empire se présentant sous différentes formes : toiles de lin, stèle, papyrus, ostracon et le plus souvent inscrites sur des bols ou des jarres qui contenaient des offrandes destinés aux défunts. L'inscription, le plus souvent en hiératique, sont inscrites en spirale sur toute la surface du bol. Les khémites communiquent aussi avec leurs morts par les rêves, qu'ils faisaient soit eux-mêmes, soit reçus par l'intermédiaire d'un médium, magicien, prêtre...
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:18 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

La Religion de l'Ancienne Egypte Pharaonique
Une religion rituelle, sans dogmes :
C'est  une religion rituelle, dans laquelle le culte célébré par la caste des fonctionnaires du Clergé joue un rôle fondamental. Le peuple participait aux rites funéraires et aux processions, mais il n'avait pas libre accès au temple. Il n'existe pas de dogmes, parce que la religion égyptienne n'est pas du type révélé ; on y vénère les dieux qui sont souvent représentés sous forme d'animaux.
Evolutions théologiques :
Il existe d'ailleurs plusieures écoles théologiques, pour des raisons historiques. L'évolution des dynasties a apporté aussi des changements théologiques, comme si le monde des dieux évoluait en parallèle du monde des mortels. Ce n'est donc pas une tradition figée, mais en constante évolution.
Les pharaons eux-mêmes sont des dieux, en tant qu'incarnation d'Horus, le dieu faucon.
Il faut rappeler ici que les Égyptiens étaient de grands experts en matière d'astronomie,
de mathématiques et de médecine, et que c'est à eux que l'on doit l'invention du calendrier.
Aujourd'hui comme hier nous sommes naturellement, nous autres de ces traditions, spirituels. Comme l'institution religieuse antique a disparu, le rôle de prêtre ou prêtresse incombe à chacun des pratiquants de cette religion.
L'initiation égyptienne propose un véritable changement de l'être :
"Parole d'Osiris (Les mystères qui sont en moi produisent les transformation)."
Il est impossible d'expliquer en quelques mots ces traditions il faut savoir une chose essentiel, l'éternité et la base de toute la vie d'un homme. Dans cette tradition, nous avons aussi, comme beaucoup de traditions païennes, un grand aspect de protection et de glorification de la nature, le ciel et la terre. Aucune place n'est réservée à l'enfer, car chaque homme à une parcelle de neter en lui, en bref, seule l'éternité bienheureuse peut être son lot.
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:18 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Les fêtes de la tradition
 
Voici quelques articles vous présentant quelques fêtes de la traditions khémite
1. Durant le Mois d'Hathor, fête de la navigation d'Hathor
2 . Fête de la naissance de Nehebkau
3 . Fête de la fertilité de Min

Shéma du cycle des saisons khémite 
Saison I - Akhet (inondation)
( 2 août au 29 novembre)
- mois 1 - Djehuty (Thot)
- mois 2 - Pa-en-Opet (Paopi)
- mois 3 - Houthor (Athyr)
- mois 4 - Ka-her-ka (Koiak)

Saison II - Peret (semailles)
(30 novembre au 29 mars)
- mois 1 - Ta'abet (Tybi)
- mois 2 - Pa-en-mekher (Mechir)
- mois 3 - Pa-en-amenhotep (Phamenoth)
- mois 4 - Pa-en-renenutet (Pharmuti)

Saison III - Shomu (récolte)
(30 mars au 27 juillet)
- mois 1 - Pa-en-Khonsu (Pachons)
- mois 2 - Pa-en-Inet (Payni)
- mois 3 - Ipip (Epiphi)
- mois 4 - Mesut-Ra-Heruakhety (Mesorê)

Les 5 jours épagomènes *
28 juillet Jour épagomène 1 - naissance de Wesir (Osiris)
29 juillet Jour épagomène 2 - naissance d'Hor (Horus)
30 juillet Jour épagomène 3 - naissance de Set (Seth)
31 juillet Jour épagomène 4 - naissance d'Aset (Isis)
1er août Jour épagomène 5 - naissance de Nebt-het (Nephtys)
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:19 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Pour votre quête

Les livres, Papyrus, Rituels, de la tradition Khemite pour aller plus loin dans la recherche (Liste non exhaustive) :
Textes funéraires - Etape dans l'autre monde 
- Livre des Morts : "Chapitres de la sortie à la lumière, Recueil et incantations"
- Livre de l'Amdouat : "C'est-à-dire l'écrit de la chambre cachée "Livre funéraire royaux"
- Livre des Cavernes : "Parle de la transformation du soleil nocturne en scarabée"
- Livre de la Vache du Ciel : "Mythe de la destruction des hommes, l'oil de Rê représenté par le nétèr Hathor, joint par la suite au Mythe de la Lointaine"
- Livre des Portes : "Se rapporte au voyage nocturne de l'astre solaire"
- Livre des Deux Chemins :
"Cartographie de l'au-delà : régions souterraines - célestes"
- Le livre des Respirations : "Hymne à Osiris, dans l'au-delà"
- Les textes des Sarcophages Egyptiens : "Formules des sarcophages pour devenir un dieu, Osiris"
- Livre du Ciel
- Livre de la Terre
- La Litanie de Rê : "Raconte la transformation de la lumière durant son voyage nocturne et sa renaissance"
- Livre du Jour et de la Nuit
- Livre de Renverser Apopis : "Dans le papyrus de Bremner Rhind" Incantation destinée à protéger le soleil"
Mythes, Rites, Pratiques Magiques, Sagesse, Poésie, Contes 
- Les textes des Pyramides : "Des mythes, rites funéraires, pratiques magiques, des formules qui peuvent être utilisées par les morts comme par les vivants"
- Chanson du Harpiste : "Papyrus Harris 500 du British Museum, chant des louanges du scribe"
- Conte des deux frères : "Papyrus n°10183 du British Museum, où se mêle l'humour et mythologie et folklore"
- Papyrus Bremner-Rhind : "Retrace sous forme graphique le nétèr créateur"
- Papyrus Chester-Beatty : 'Il s'agit de plusieurs textes magiques, littéraires, religieux."
- Papyrus 1993 musée de Turin : "Mythe sur la magie d'Isis"
- Papyrus de Jumihac : "Des Légendes, des pratiques."
- Les papyrus de Leyde : "Par exemple des recueils de formules magiques"
- Papyrus du Ramesséum : du British Museum "Récit sur le jubilé du roi Sésostris Ier"
- Papyrus Westcar : "Légende des grands magiciens, le contes des rameuses."
- Les Maximes de Ptah-Hotep : "L'enseignement d'un usage aux temps des pharaons, Sagesse"
- L'enseignement du scribe Anii :  "Sagesse, art de vivre"
- L'enseignement pour Mérikarê : "Des instructions morales et politiques"
- L'enseignement d'Amenémopé "Sagesse"
- Rituel pour Repousser l'Agressif : "Des manuscrits dirigé contre le nétèr Seth"
- Papyrus de Turin : "Divers recueils"
- Décrets oraculaires : "Bandes de papyrus roulés et insérés dans un étuis afin de protéger des personnes"
- Le Papyrus Ebers :  "Des recettes médicales et magiques, rédigés dans la Maison de Vie"
- La prophétie d'Ipou-Our :  "Les temps troublés"
- La prophétie de Khâ-kheper-Rê-Seneb :  "Les temps troublés"
- La prophétie de Néferty :  "Les temps troublés"
- Papyrus Sallier : "Divers récits" 
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:20 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Carte de l'ancienne Egypte du Delta du Nil à la seconde cataracte avec emplacement des principales villes

Déclaration CNIL n° 1058514 Ta Noutri ©
Revenir en haut
kinoustyle
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 15:21 (2008)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Calendrier des anciens égyptiens
Dans le calendrier égyptien 3 saisons de 4 mois de 30 jours, plus 5 jours épagomènes en fin d'année, ordonnent le cours de la vie (dates données pour une année non bissextile de 365 jours, calendrier khémite contemporain) :

CALENDRIER KHEMITE DE TA NOUTRI
AVEC CORESPONDANCES DATES CONTEMPORAINES
Saison I - Akhet (inondation)
( 2 août au 29 novembre)
- mois 1 - Djehuty (Thot)
- mois 2 - Pa-en-Opet (Paopi)
- mois 3 - Houthor (Athyr)
- mois 4 - Ka-her-ka (Koiak)

Saison II - Peret (semailles)
(30 novembre au 29 mars)
- mois 1 - Ta'abet (Tybi)
- mois 2 - Pa-en-mekher (Mechir)
- mois 3 - Pa-en-amenhotep (Phamenoth)
- mois 4 - Pa-en-renenutet (Pharmuti)

Saison III - Shomu (récolte)
(30 mars au 27 juillet)
- mois 1 - Pa-en-Khonsu (Pachons)
- mois 2 - Pa-en-Inet (Payni)
- mois 3 - Ipip (Epiphi)
- mois 4 - Mesut-Ra-Heruakhety (Mesorê)

Les 5 jours épagomènes *
28 juillet Jour épagomène 1 - naissance de Wesir (Osiris)
29 juillet Jour épagomène 2 - naissance d'Hor (Horus)
30 juillet Jour épagomène 3 - naissance de Set (Seth)
31 juillet Jour épagomène 4 - naissance d'Aset (Isis)
1er août Jour épagomène 5 - naissance de Nebt-het (Nephtys)
*(un sixième jour épagomène pour créer un équivalent de nos années bissextiles a été ajouté par le décret de Canope de Ptolémée II promulgué le 7 mars 238 av JC)
EXPLICATIONS AU SUJET DU CALENDRIER KHEMITE (égyptien)


Le problème de l'année bissextile

Dans notre société moderne, nous fonctionnons actuellement avec un calendrier dit « grégorien » de 365 jours avec tous les 4 ans, une année bissextile. Car l'année tropique avec ses cycles naturels (saison, solstices, équinoxes..) est en réalité de 365 jours et 6 heures. Ce qui fait que si l'année bissextile n'existait pas nous nous décalerions progressivement d'un jour tous les 4 ans par rapport à l'année tropique. Les égyptiens avaient malheureusement ce problème.

En effet, durant l'antiquité, ils étaient les seuls à posséder un calendrier de 365 jours, dont Jules César s'inspira pour créer le calendrier julien. Mais, à la différence de nous, ils n'utilisaient pas d'année bissextile. De ce fait, le calendrier égyptien se décalait progressivement avec l'année tropique. A noter cependant une tentative le 7 mars 238 av JC, Ptolémée III par le décret de Canope tenta d'imposer un sixième jour épagomène tous les 4 ans.

Le lever héliaque de l'étoile Sirius et le nouvel an

L'année égyptienne est divisée en 3 saisons de 4 mois, auquel s'ajoute 5 jours épagomènes. Elle débute en été avec la crue du Nil, phénomène qui coïncide plus ou moins avec le lever héliaque de l'étoile Sirius (Sothis en grec, Sepedet en égyptien). Pendant toute la durée de la civilisation égyptienne, ce phénomène se répétait tous les 365 jours ¼, soit l'équivalent de l'année tropique et ses cycles naturels. Le lever héliaque de Sothis/Sirius servait donc de point de repère pour connaître le début de l'année et le retour de la crue. Fait très utile aux paysans entre autre, dont les activités dépendaient de la crue et des cycles naturels et aux prêtres pour le calcul des dates de célébrations des dieux. Là encore, le calendrier civile égyptien de 365 jours ne correspondait plus d'années en années avec le cycle de l'étoile Sirius. Ce décalage perturbait la vie publique et des écrits de certains scribes nous sont parvenus déplorant ce décalage entre calendrier civil et activités agricoles.

Période sothiaque

Cet écart atteint 365 jours au bout de 1 460 années vagues (années civiles égyptiennes) ou 1 461 ans julien (calendrier julien). C'est-à-dire que tous les 1 460 ans, les égyptiens voyaient de nouveau le 1er jour de leur année civile coincider avec le lever héliaque de Sirius. Les égyptologues appellent cela une période sothiaque, certaines source font aussi coïncider ce laps de temps avec le temps de vie du phoenix égyptien, le benou (d'autres sources parlent d'une durée de vie de 500 ans.).

Le dernière année sothiaque avant notre ère, c'est-à-dire avant Jésus Christ, survint peu après le début du règne de Sethi 1er vers 1313. La première année sothiaque de notre ère est signalée dans un ouvrage du grammairien romain Censorinus, le 19 juillet du calendrier julien en l'an 139 (référence historique qui permit aux historiens de situer la date du nouvel an égyptien, qui correspond dans le calendrier « grégorien » à une date début août). Cette année-là, le lever héliaque de l'étoile Sirius coïncida de nouveau avec le premier jour du calendrier égyptien selon des observations prises depuis la ville de Memphis, qui servait de ville point de repère pour les calculs du calendrier dans les derniers temps pharaoniques (le lever de Sirius ne se fait en effet pas le même jour selon les latitudes). L'Egypte était sous occupation romaine et n'avait alors plus de pharaon. Elle continuait cependant d'utiliser son vieux calendrier malgré l'instauration d'un autre système. Les coutumes et traditions étaient bien ancrées en ce pays et difficiles à effacer d'un simple trait de plume sur un décret..
Selon calcul du programme du site :
A l'aide de l'utilitaire proposé sur le site de L'INSTITUT DE MÉCANIQUE CÉLESTE
http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/astronomie/sothis/index.php
arcus visionis moyen de 8,5

Lever héliaque de Sirius à Gizeh (proche Memphis)
31,08 EST - 29,59 NORD

2004 - 2 août 2004 (année bissextile)
2005 - 2 août 2005
2006 - 2 août 2006
2007 - 3 août 2007
2008 - 2 août 2008 (année bissextile)
2009 - 2 août 2009
2010 - 2 août 2010
2011 - 3 août 2011
2012 - 2 août 2012 (année bissextile)

Ce qui corespond à la date mentionné par censorinus dans son ouvrage "De Die Natali "pour un nouveal an au 19 juillet julien en 139 ap JC, auquel on ajoute 13 jours pour le décalage calendrier julien grégorien pour une observation de Sirius depuis le site de memphis (proche de Gizeh).

19 juillet + 13 jours = 2 août
Ce qui fait une date de Wep Renpet au 2 août = 1er mois de Djehuty saison Akhet

Lever héliaque à Thèbes 32,53 EST - 24,01 NORD
2004 - 28 juillet 2004 (année bissextile)
2005 - 28 juillet 2005
2006 - 29 juillet2006
2007 - 29 juillet 2007
2008 - 28 juillet 2008 (année bissextile)
2009 - 28 juillet 2009
2010 - 29 juillet 2010
2011 - 29 juillet 2011
2012 - 28 juillet 2012 (année bissextile)

Vous remarquez que grâce à notre année bissextile nous n'avons pas le probléme des égyptiens qui voyaient leur calendrier civile se décaler d'avec le lever de sothis de 1 jour tous les 4 ans. Au contraire tous les 4 ans notre calendrier se recale sur la date du lever de sothis.

Mais pour que notre année bissextile de 366 jours puisse corespondre avec l'année égyptienne de 365 jours, il faut un 6éme jour épagomène comme préconisé par Ptolémée III dans son décret de Canope.
Ta Noutri a adopté un calendrier avec date du nouvel an le 2 août (date du lever héliaque de l'étoile Sirius/Sothis à hauteur de Memphis-Gizeh-Le Caire et date historique de Wep Renpet selon la corespondance calendrier julien/grégorien) et a adopté le sixiéme jour épagomène tous les 4 ans du décret de Canope, afin que le calendrier et les rythmes naturels ne se décalent plus. Nous dédions ce jour à Nout qui a mis ses 5 enfants au monde les 5 jours précédents et qui enfante le soleil quotidiennement, Rê dont l'anniversaire est fêté lors du Wep Renpet du 2 août, le nouvel an.
article rédigé par Sopdetmuti
© Ta Noutri - 22 janvier 2007
Bibliographie :
- La mythologie égyptienne, de Nadine Guilhou et Janice Payré
- Le calendrier égyptien : une oeuvre d'éternité: Anne-Sophie von Bomhard (préface Jean Yoyotte)
- The egyptian calendar, Wikipedia anglophone, http://en.wikipedia.org/wiki/Egyptian_calendar

 Déclaration CNIL n° 1058514 Ta Noutri ©
Revenir en haut
clovis brenez
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 9 Fév - 23:59 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

woaw je viens de tous lire et sa file la migraine  Mort de Rire
Revenir en haut
BookOfShadow
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 12:01 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Oui effectivement, ca donne le vertige ! :)
Revenir en haut
sunmoon
Animateur
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 115
Localisation: nanterre
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq
Type de magie le plus utilisé: aucune
Point(s): 140
Moyenne de points: 1,22

MessagePosté le: Sam 19 Fév - 20:33 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Moi j'ai pas eu le coourage (ça fait trop mal au yeux), mais cette magie m'intéresse vraiment, il y a un signe que j'ai envie de retrouver à cause d'un de mes rêves, mais bon ça risque de prendre beaucoup de temps, ça fait déjà plus d'un an et toujours rien!
_________________
tout ce qui semble lumière n'est enfaite qu'obscurité. Ce qui est caché dans l'obscurité peut être révélé à la lumière
Revenir en haut
BookOfShadow
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 19 Fév - 23:47 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Un signe ? Peut-être puis-je t'aider ? Moi j'aime beaucoup l'égypte aussi, j'ai d'ailleur sur mon autel la déesse Bastet et une croix Ankh, une grande pour mon autel et une petite que j'ai en pendentif autour du cou.
Revenir en haut
sunmoon
Animateur
Animateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 115
Localisation: nanterre
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 鷄 Coq
Type de magie le plus utilisé: aucune
Point(s): 140
Moyenne de points: 1,22

MessagePosté le: Lun 21 Fév - 01:30 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Ca serait génial, mais le signe je ne m'en souviens plus exactement, je l'ai toujours grossièrement en tête, mais ce n'est plus aussi clair... Il est temps de me mettre sérieusement à la méditation, peut-être que je pourrais m'en souvenir plus en détail ensuite...
_________________
tout ce qui semble lumière n'est enfaite qu'obscurité. Ce qui est caché dans l'obscurité peut être révélé à la lumière
Revenir en haut
BookOfShadow
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 21 Fév - 10:52 (2011)    Sujet du message: la magie égyptienne Répondre en citant

Déjà même grossièrement, si tu peux le joindre en image avec ton texte, peut-être que je le connais, ou Zaza, ou devil, ou quelqu'un d'autre, on pourra t'aider à le retrouver. Tu le dessine, même si c'est grossièrement et tu le mets avec ton texte, c'est pas un ordre que je te donne ! Razz  C'est juste pour t'aider, car peut-être que ce signe est important et si il t'es apparut c'est pour une raison ! Razz
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:10 (2016)    Sujet du message: la magie égyptienne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    MON GRIMOIRE Index du Forum -> Sciences Occulte -> -> L'Egyptienne Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com